Rechercher les cas d'OBSERVATION

TOULOUSE (31) 24.08.2011

Observé le : 24-08-2011
Région : Midi-Pyrénées
Département : Haute-Garonne
Classe : C
Résumé : TOULOUSE (31) 24.08.2011. Courte observation nocturne du déplacement silencieux d'une forme triangulaire noire avec des rectangles oranges : manque d'information.
Description : Dans ses publications sur le site du GEIPAN, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification.

Ce cas d'observation précédemment classé D1 et nommé TOULOUSE (31) 24.08.2011 fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment (voir le compte rendu d'enquête).



Le mercredi 24 août 2011 aux environs de 3h32 un témoin regarde les étoiles derrière une vitre. Il observe soudain le passage silencieux vers le sud de Toulouse d'une forme triangulaire sombre. Le témoin est étonné par l'éclairage sous le PAN, constitué de "plusieurs rectangles lumineux orangés formant des rampes tout autour de l'appareil". La durée d'observation est de 5 secondes d'après le témoin et le phénomène est rapidement caché par le paysage urbain. Aucun autre témoignage ne sera recueilli.


L'observation n'admet pas d'hypothèse suffisamment probable.

La forme et la trajectoire du PAN pourraient correspondre à un avion militaire ou d'affaire, mais les lumières ne correspondent pas à une configuration connue, l'absence de trace radar peut difficilement s'expliquer par une très basse altitude car le témoin aurait alors dû percevoir un bruit, même derrière des vitres.


La nouvelle enquête n'a rien apporté en terme d'hypothèse puisque le témoin a refusé la demande de contact de l'enquêteur.


La consistance initiale du cas était à peine suffisante pour supporter le niveau d'étrangeté et le caractère inexpliqué du cas :

- information moyenne reposant essentiellement sur le croquis, pas de photo, un seul témoin ;

- fiabilité correcte (en dépit du fait que le témoin n'avait pas donné suite à la demande initiale de faire une déposition en Gendarmerie).

Le refus du témoin, en connaissance de cause, de répondre aux sollicitations du GEIPAN sur un cas d'observation dont il connaît le caractère inexpliqué, peut certes avoir des causes légitimes mais, en l'absence de précisions, c'est un élément qui altère la perception de fiabilité.


La consistance ne permet plus de supporter le niveau d'étrangeté et le caractère inexpliqué du cas.


Le GEIPAN classe le cas en C : inexploitable par manque d'informations fiables.
Compte-rendu : compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages