Rechercher les cas d'OBSERVATION

(DPT) LOT (46) 24.01.1985

Observé le : 24-01-1985
Région : Midi-Pyrénées
Département : Lot
Classe : A
Résumé : (DPT) LOT (46) 24.01.1985. Observations dans un premier temps de deux éclairs, puis du déplacement d'un objet ovale entouré d'un halo : observations très probables de rentrée de météoroïde.
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification.
Ce cas d'observation précédemment classé D et nommé SAINT-GERMAIN (46) 1985 fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment.
Dans la nuit du 24 janvier 1985, deux témoins vont être surpris par deux éclairs successifs suivis de cliquetis et d'une clarté subite, intense et courte. Au-dessus de leur maison ces témoins vont apercevoir un objet de la forme et de la grosseur d'un ballon de rugby. Cet objet de couleur laiteuse se déplace alors lentement et silencieusement entouré d'un halo blanchâtre. Trois minutes plus tard environ ces témoins et d'autres personnes entendront des déflagrations. Aucune coupure de courant électrique ne sera constatée dans la maison.
La description comporte les caractéristiques clefs de certains phénomènes de rentrée de météoroïde :
- Grande lumière dans la nuit, éclairant une zone importante.
- lueur ovale, allongée, avec halo, traversant le ciel.
- détonations survenant après coup.
- témoins multiples sur une zone pouvant être étendue.
Le PV de gendarmerie a récolté le témoignage de personnes situées sous le même toit ou voisines. Mais l'appel à témoin de T1 par la presse locale a permis d'enregistrer une dizaine de personnes sur des arrondissements voisins prétendant avoir fait des observations analogues au même moment (pas d'enregistrement de témoignages en gendarmerie).
Les aspects du phénomène sont décalés dans le temps. La lumière dans la nuit éclairant très largement le secteur est causée par la météorite à un ou plusieurs moments (ici des éclairs suivis d'une durée d'éclairement plus longue) particuliers de sa rentrée dans l'atmosphère. Ce passage en luminosité extrême peut être plus ou moins long, la météorite n'était alors pas dans le champ de vision des témoins ou ils n'ont pas eu le temps de détecter le foyer origine dans le ciel. Quand elle est rentrée dans le champ de vision du témoin, son intensité lumineuse s'était réduite (T1 dit " le jour nous a paru très long, mais il n'a pas dû duré que quelques secondes; immédiatement après la nuit est revenue très vite, à ce moment-là, j'ai vu arriver un objet ou une boule de feu blanche,....).
Les détonations peuvent se produire avec un délai plus ou moins long par rapport aux phénomènes lumineux. En effet ces phénomènes de rentrée se produisent à haute altitude entre 100 et 20 Km d'altitude, le temps de propagation sonore (à 330 m/s) vers le sol peut créer des décalages de plusieurs minutes.
Il est classique aussi que les témoins perçoivent le phénomène très proche dans le ciel.
Le GEIPAN a traité un nombre important de cas sur les quinze dernières années et de nos jours de nombreux sites enregistrent les données récoltées au sol (par des caméras automatiques et/ou par témoignages) lors de ces rentrées. Les caractéristiques de ces phénomènes sont aujourd'hui bien connues du GEIPAN, dans ce qui fait leur répétabilité comme leur variabilité et les témoignages reçus sont solutionnés sans enquête particulière. Il devient plus facile aussi de retraiter des cas anciens comme celui-ci, sauf quand les témoignages sont trop succincts et peuvent laisser un doute. Un exemple de 2016 avec plus de 20 enregistrements le site (Internatonal Meteor Organization) illustre le fonctionnement d'un de ces sites ainsi que l'espacement géographique et le nombre des témoins pouvant observer un tel phénomène.
En conséquence le GEIPAN classe le cas en A : observation très probable de rentrée de météoroïde.
Compte-rendu : Aucun.
retour

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

 

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

Base de données des cas

Base de données des témoignages