Rechercher les cas d'OBSERVATION

VALENSOLE (04) 01.07.1965

Observé le : 01-07-1965
Région : Provence Alpes Cote d'azur
Département : Alpes-de-Haute-Provence
Classe : D
Résumé : VALENSOLE (04) 01.07.1965. Observation d'un engin inconnu et rencontre rapprochée ; traces au sol : phénomène non identifié.
Description : Le 1er juillet 1965 à 5h45, un agriculteur dans son champ de lavande entend un sifflement qui l'intrigue. Il se déplace pour constater qu'un engin sombre et mat qui lui est inconnu est posé sur le sol. Il observe durant 4 à 5 minutes la présence de deux personnages qui remontent très vite dans l'appareil. Ce dernier décolle et part en oblique avant de disparaitre rapidement en direction de Manosque. Une dizaine de minutes plus tard, l'agriculteur découvre des traces au sol à l'emplacement de l'engin : ces traces ont la forme d'une étoile avec un trou cylindrique au milieu dans une terre détrempée. Il revient le soir vers 20h30 avec sa fille et constate alors que la terre est devenue "dure comme du ciment".
Le lendemain matin, 2 juillet, il parle de cette affaire et très vite beaucoup de curieux se déplacent pour voir les traces qui seront piétinées. Vers 19h30 la gendarmerie locale apprend par la rumeur publique cet évènement.
Le témoin sera entendu une première fois le 2 juillet 1965 à 20h par la brigade locale (voir le pv 445). Vers 22h le témoin accompagnera les gendarmes sur les lieux. Il sera de nouveau entendu de 23h15 à 23h30 pour un complément d'information.
Un procès-verbal de constations sur le lieu d'observation et sur les traces au sol sera établit le 3 juillet par une autre brigade (voir le pv 105) avec prises de mesure, photographies.
Le témoin rapportera un complément d'information très détaillé le 18 août 1965 (voir le pv 145).
Aucun autre témoignage ne sera recueilli. Aucun autre indice ne sera trouvé autour du lieu de l'observation par la gendarmerie.
A l'époque de cette observation, le GEPAN, créé en 1977, n'existait pas ; les responsables successifs du GEPAN/SEPRA/GEIPAN se sont bien sûr tous intéressés à cette affaire, ont reçu ou collectionné des documents à son sujet, sans toutefois publier d'enquête approfondie ; une enquête GEPAN aurait probablement été peu fructueuse du fait du délai depuis l'événement, et après les travaux d'investigation déjà faits par la Gendarmerie et par plusieurs enquêteurs, dont Pierre Guérin et Jacques Vallée. Vue son étrangeté, ce cas est classé « D ».
Compte-rendu : synthese.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages