Rechercher les cas d'OBSERVATION

MONCEAUX-SUR-DORDOGNE (19) 22.05.2010

Observé le : 22-05-2010
Région : Limousin
Département : Corrèze
Classe : B
Résumé : MONCEAUX-SUR-DORDOGNE (19) 22.05.2010. Probable trace du passage d'un insecte lors de la prise d'une photographie.
Description : Le 22 mai 2010 à 13h54 une personne prend des photos d'un enfant. Il constate à postériori sur une des photographie, la présence d'un objet étrange non remarqué lors de la prise de vue.
Le témoin a effectué une démarche de procés verbal en gendarmerie, PV reçu tardivement au Geipan. La pré enquête de gendarmerie et les investigations effectuées sur la circulation aérienne et sur le voisinage ne permet pas de conclure sur la nature de l'objet que seul le témoin a photographié.
Finalement, une analyse de la photographie envoyée par le témoin a convaincu le Geipan qu'il s'agit d'un insecte très proche de l'objectif, ce qui est compatible avec la vitesse d'obturation et la mise au point sur le sujet le plus proche (l'enfant à la moto). Pour être aussi flou dans les conditions de prise de vue, l'objet devait se trouver à une distance inférieure à l'hyperfocale, donc bien inférieure à 1 m. Or, compte tenu des caractéristiques de l'appareil et des réglages, on vérifie que si l'objet mesurait 1 cm, il devait se trouver à 13 cm de l'objectif, ce qui est cohérent comme ordre de grandeur avec un insecte ailé. L'éclairage de cet "engin insectiforme" est par ailleurs cohérent avec l'éclairage du soleil.
Ce cas rentre dans la catégorie des observations faites sur l'un des nombreux supports (photo ou film) qui parviennent au GEIPAN : sans correspondre à une observation visuelle directe lors de la prise de vue, l'observation est faite lors de la visualisation à postériori sur un écran d'ordinateur.
Le cas est classé B comme la prise de vue probable d'un insecte se trouvant très proche de l'appareil photo.
Compte-rendu : Aucun.
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages