Rechercher les cas d'OBSERVATION

BEAUNE-D'ALLIER (03) 30.04.1990

Observé le : 30-04-1990
Région : Auvergne
Département : Allier
Classe : B
Résumé : BEAUNE-D'ALLIER (03) 30.04.1990. Observations d'un phénomène très lumineux rouge en déplacement silencieux sur une trajectoire descendante ; éclairage de la forêt située en dessous du PAN : probable observations d'une fusée de détresse.
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans
ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui
l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de
nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces
dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement
de classification.

Ce cas d'observation précédemment classé D et nommé MONTMARAULT (03) 1990 fait partie
d'un ensemble de cas réexaminés récemment (voir le compte-rendu d'enquête).


Le 30 avril 1990 vers 22h20 des témoins dans deux lieux différents d'une même commune observent le déplacement silencieux sur une trajectoire descendante d'un phénomène très lumineux rouge. Un des témoins (T1) fait la même observation à 05 minutes d'intervalle. Les durées d'observations diffèrent mais sont de courtes durée. T3 signale que le PAN éclairait la forêt se trouvant en dessous. La disparition du PAN est décrite comme cachée par le paysage ou progressive.


La description du cas évoque deux types de méprises bien connues, à savoir une rentrée atmosphérique ou une fusée tirée par un habitant. Le déplacement lent et la longue durée de l'observation sont assez typiques d'une rentrée atmosphérique artificielle, mais aucune d'elle ne correspond à la trajectoire du PAN. De plus, le fait que le PAN éclaire la forêt située sous lui indique qu'il était vraisemblablement assez proche du sol.

La description du PAN ressemble beaucoup à d'autres cas de méprises avec des fusées de détresse référencés par le GEIPAN (recherche de cas avec mot clef fusée sur www.geipan.fr, exemple : MOIRANS-EN-MONTAGNE (39) 26.01.1985.
).
L'hypothèse explicative s'accorde avec le fait que le PAN soit vu dans une zone géographique limitée et que le phénomène se soit reproduit une seconde fois quelques minutes plus tard.

Un vrai cas détresse aurait laissé une trace mais la plupart des cas GEIPAN porte sur des tirs ludiques de fusées (hors d'usages ou en fin de validité).

La consistance du cas est bonne avec plusieurs témoins et des descriptions cohérentes.


Le cas est classé B : méprise probable avec une fusée de détresse.
Compte-rendu : compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages