Rechercher les cas d'OBSERVATION

« LAC D'OPALE (LE) » ESTAING (65) 18.07.1989

Observé le : 18-07-1989
Région : Midi-Pyrénées
Département : Hautes-Pyrénées
Classe : B
Résumé : « LAC D'OPALE (LE) » ESTAING (65) 18.07.1989. Observations en montagne d'un objet scintillant se déplaçant depuis un lac vers une crête avant de disparaitre dans le ciel : observations probables d'un ballon fantaisie Mylar rouge.
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification.
Ce cas d'observation précédemment classé D et nommé LE LAC D'OPALE (65) 1989 fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment (voir le compte rendu d'enquête).
Le 18 juillet 1989 vers 16h00, deux témoins se trouvent au sommet d'un col surplombant le grand lac d'Opale sur la commune d'Estaing (65). Ils aperçoivent alors un PAN qui se déplace lentement du milieu du lac en direction d'un bord du lac. Le PAN poursuit son déplacement au-dessus des cailloux du rivage et d'un névé avant de remonter par une zone d'éboulis jusqu'à la crête. Les témoins le perdent de vue dans le ciel dégagé. Malgré l'éloignement, les témoins décrivent un objet de forme allongée avec un scintillement rouge et des "feux blancs", puis lumineux et brillant au soleil. Aucun bruit particulier n'est entendu durant la longue observation (25 minutes environ). Les témoins intrigués remonteront sur place le lendemain mais aucune trace au sol ne sera remarquée (en particulier sur le névé). Seuls ces deux témoignages seront recueillis (PV de gendarmerie et questionnaire).
Le cas est remarquable, tant par l'étrangeté forte qui se dégage de la description du phénomène (apparence et attitude) que par la consistance également forte, avec deux témoins (en particulier T1) ayant décrit leur observation en détail, ainsi que deux enquêtes par la suite, dont une sur place effectuée par les gendarmes.
L'étrangeté est constituée par les caractéristiques du PAN : de forme allongée, plutôt petit, lumineux rouge et se déplaçant silencieusement pendant 25 minutes au ras de l'eau, des cailloux et d'un névé, puis dans l'air, en plein jour dans une zone de montagne plutôt désertique. A cela s'ajoutent les déplacements par « à-coups » sur les cailloux et l'observation intermittente de deux lumières blanches décrites par les témoins comme « des yeux ».
Les quelques hypothèses émises, par les témoins ou les gendarmes ont, après examen, une fiabilité nulle à faible au regard de ce qui caractérise cette étrangeté.
Plusieurs autres hypothèses ont été étudiées dans cette nouvelle enquête. Celle du sac à dos du « super trailer » serait acceptable en beaucoup de points mais ne l'est pas au regard de la disparition du PAN dans les airs. Par contre, une analyse approfondie permet de retenir le ballon Mylar comme probable à plus de 50 %.
L'absence de rencontre avec les témoins (à l'époque) est regrettable, mais la consistance du témoignage est suffisante au regard de l'hypothèse retenue.
En conséquence Le GEIPAN classe le cas en «B» : observation probable d'un ballon fantaisie Mylar rouge.
Compte-rendu : compte rendu SEPRA.pdf
compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages