Rechercher les cas d'OBSERVATION

COUDRAY-SAINT-GERMER (LE) (60) 03.09.1984

Observé le : 03-09-1984
Région : Picardie
Département : Oise
Classe : A
Résumé : COUDRAY-SAINT-GERMER (LE) (60) 03.09.1984. Observations à plusieurs reprises sur un parcours en véhicule de la présence d'un Pan rouge/orangé à basse altitude : observations de la Lune.
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A,B,C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification explicité dans une note d'enquête.
Ce cas d'observation précédemment classé D fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment.
Le 3 septembre 1984 vers minuit deux puis trois témoins dans une voiture sont intrigués par la présence d'un phénomène très lumineux rouge-orangé à basse altitude. Les témoins repèrent le PAN à plusieurs endroits sur leur parcours entre les Fontanettes (commune de Saint-Aubin-en-Bay), le Coudray-Saint-Germer et le carrefour de Champignolle (commune de Sérifontaine). Aucun bruit émanant de cet objet n'est entendu durant les observations discontinues. Pris de peur les témoins rebrousseront chemin. Un des témoins (T1) avait déjà fait une observation similaire en voiture avec sa maman (T4) en juillet 1984.
Ce cas est consistant (3 témoins), la description du lieu d'observation et du PAN observé est précise (voir les notes d'enquête).
Le phénomène décrit présente beaucoup de caractéristiques communes (durée d'observation, forme, taille, couleur...) avec un phénomène connu astronomique : la Lune au coucher.
La longueur de la plage d'observation (une demi-heure ou trois-quart d'heure), ainsi que le fait que le PAN semble suivre les automobilistes (boule suiveuse) évoquent l'observation d'un phénomène astronomique.
L'aspect décrit par les témoins ne laisse aucun doute : objet volumineux et lumineux, bas sur l'horizon au Sud-Ouest, de couleur orange ou rouge. Une précision de témoin (« Elle était toujours ronde mais toutefois, il manquait un morceau à gauche, comme s'il manquait un croissant ») permet même de supposer que la Lune était alors en phase gibbeuse, entre le Premier Quartier et la Pleine Lune.
On vérifie la présence de la Lune dans la direction observée. Les indications des témoins sont très précises grâce au repérage avec l'axe de la route, et cela correspond parfaitement. De même, la Lune est bien selon la phase gibbeuse attendue. Enfin les témoins ne font pas mention de la Lune alors qu'elle était bien présente dans les différentes directions observées.
La méprise avec la Lune est fréquente dans les annales du GEIPAN (voir recherche de cas sur le site www.geipan.fr avec mot clef Lune). Ce qui peut être surprenant ici est l'absence à priori de voile nuageux ou de nuages pouvant accentuer la méprise. La Lune est bien décrite comme ronde ou presque, il ne s'agit pas ici de ces formes rouges curieuses engendrées par des trouées de nuages devant la Lune. On note que les témoins sont jeunes et c'est peut être leur première expérience.
Pour autant, cette observation a créé une forte étrangeté et un état de choc: « j'étais paniquée, j'ai eu très peur », « j'ai dit à XXX, vite on fait demi-tour », « j'ai eu vraiment très peur, j'en ai eu les larmes aux yeux » (T1), « je ne me suis pas arrêté, je pense que c'est par peur », « tous les trois, nous nous sommes demandés si nous devions continuer », « nous nous sommes sauvés au Coudray », « Nous étions pris de panique tous les trois. XXX pleurait dans la voiture car elle avait eu très peur » (T2), « nous ne pouvions plus avancer », « XXX criait dans la voiture » (T3).
Le GEIPAN classe le cas en A : observation de la Lune.
Compte-rendu : notes d'enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages