Rechercher les cas d'OBSERVATION

FEIGNIES (59) 06.11.1981

Observé le : 06-11-1981
Région : Nord-Pas-de-Calais
Département : Nord
Classe : A
Résumé : FEIGNIES (59) 06.11.1981. Longue observation de nuit d'un phénomène très lumineux dans un champ : observation très probable d'un ou de plusieurs engin(s) agricole(s).
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification.

Ce cas d'observation précédemment classé D et nommé FEIGNIES (59) 06.11.1981 fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment.

Le 06 novembre 1981 vers 19h45 un témoin aperçoit un phénomène lumineux très intense derrière son habitation et "près d'un poteau électrique" dans un champ. L'observation dure environ une heure, et lorsque la lumière s'éteint le témoin voit alors une forme de cigare en position verticale entouré de couleurs variées. Par la suite ces lumières s'éteignent pour laisser apparaître un objet de la forme d'un ballon de rugby de couleur gris métal. Durant 4 à 5 secondes, cet objet se balance de gauche à droite puis reprend sa position verticale. Le témoin constate ensuite dans le ciel un couloir orange "venant de l'emplacement de cet engin" ainsi que des traces blanches. Aucun bruit durant l'observation ne sera entendu. Le témoin rapporte avoir déjà observé des phénomènes lumineux prés de chez elle la semaine précédente. La Gendarmerie n'est prévenue de cette observation que 10 jours plus tard. Aucun autre témoin pour cette date et cette zone d'observation n'est retrouvé.

L'analyse est reprise à partir :

- du procès-verbal (PV) des déclarations du témoin ;

- des photos aériennes et la cartographie de l'époque et d'aujourd'hui ;

- de l'enquête privée menée dans les jours suivants l'observation (revue Lumières Dans La Nuit (LDLN) Janvier Février 1984 n°235-236) dont une partie est jointe au PV. Aucun élément de cette enquête privée n'est utilisé pour appuyer la conclusion qui repose uniquement sur les autres éléments. Par contre, les éléments de cette enquête, qui en apparence s'opposeraient à l'hypothèse retenue, sont repris pour dégager les éléments strictement imputables au témoin, des interprétations ou conclusions implicitement ou explicitement déduites de l'enquête.


Nous concluons que le témoin, nouvellement installé (deux mois) et probablement non familier des lieux et des pratiques agricoles locales, a très probablement observé un ou plusieurs engin(s) agricole(s) effectuant des travaux nocturnes dans les champs adjacents, et plus précisément de ramassage de tas de betteraves récoltés les jours précédents et entassés le long d'un chemin d'exploitation, facile d'accès depuis la route située à l'est (voir le compte-rendu d'enquête).


Cette conclusion s'appuie sur les points suivants :

- observations similaires ayant eu lieu les jours précédents ;

- le travail nocturne lié à la récolte des betteraves existait probablement déjà en 1981, des projecteurs équipant les engins dédiés ;

- nous sommes en pleine période d'arrachage des betteraves, et des champs de betteraves sont situés non loin de la maison du témoin, dans la direction d'observation ;

- le travail d'arrachage, déjà probablement entamé sur tout ou partie de parcelles situées à proximité les jours précédents, s'est achevé peu de temps (10 jours) après l'observation, selon l'enquête privée ;

- le PAN « semble au sol » selon le témoin ;

- présence de fortes lumières, assimilables aux projecteurs des engins agricoles ;

- les mesures et calculs de distances et de dimensions, quoique nécessairement imprécises du fait des mauvaises conditions d'observation, peuvent cadrer avec l'observation de tels engins. La distance pourrait être grossièrement comprise entre environ 250 et 500 m, avec une position du chemin d'exploitation distante d'environ 400/450 m du témoin, dans l'axe d'observation ;

- observation longue, compatible avec le temps nécessaire au ramassage des betteraves ;

- forme du PAN imprécise, changeante, occasionnée par une illusion perceptive de forme, de nuit ;

- les mouvements de l'engin agricole de ramassage, effectuant des va-et-vient autour des tas de betteraves sont compatibles avec la description du témoin évoquant un déplacement à l'horizontale, avec des mouvements de va-et-vient ;

- le « couloir de couleur orange » observé par le témoin une fois « l'engin parti » rappelle ce qu'il est possible d'observer lorsqu'un projecteur est orienté vers le ciel, dans des conditions atmosphériques propices (brume, brouillard, humidité). Il peut s'agir d'un des projecteurs d'éclairage du travail, laissé un temps allumé (durée non précisée par le témoin) pour rien (ce que peut expliquer un pointage vers le ciel). C'est une hypothèse plausible qu'aucun élément ne peut venir confirmer ou infirmer ;

- ces engins agricoles sont bruyants, mais les conditions d'observation (derrière une vitre, télévision allumée et distance d'observation) peuvent expliquer que le témoin n'ait pas perçu de bruit.


Deux aspects de l'observation (issus exclusivement de l'enquête privée) cadrent en apparence moins bien avec l'hypothèse :

- l'observation de rais multicolores fins autour du PAN. L'hypothèse d'un phénomène de diffraction lumineuse causé par la présence de buée sur la vitre de la porte-fenêtre générée par le témoin a été envisagée, elle peut se produire cependant dans certaines conditions (forte différence de température, forte humidité et faible distance témoin/vitre) dont seule la dernière n'a pu être confirmée faute de précision sur la distance ;

- l'observation du PAN, dans une phase précise, devant le poteau. La (brève) mention dans l'enquête privée n'a pas directement été faite par le témoin, et le dessin permettant d'appuyer ce type d'information n'a pas non plus été réalisé par le témoin lui-même. Par ailleurs, aucune explication n'est donnée relativement à ce qui aurait concrètement permis au témoin de penser que le PAN passait devant le poteau. Les éléments factuels permettant d'évaluer l'affirmation sont manquants : pas de données comparatives sur les teintes PAN/arrière-plan, pas de données sur la puissance lumineuse des « feux » à cet instant. La mention de sol éclairé par le PAN non visible par le témoin n'est pas contradictoire avec sa position aux alentours du poteau, mais elle ne l'est pas plus avec sa position plus loin, aux alentours du chemin d'exploitation, donc derrière le poteau. Par ailleurs, des doutes existent sur la nature du « profilage » du poteau visible par le témoin : cela peut être tout autant par contraste avec l'arrière-plan du paysage éclairé par la Lune que par contraste avec la luminosité du PAN.


La consistance est médiocre, avec une description du PAN et des diverses phases d'observation peu fouillée. Mais elle est suffisante pour conclure compte-tenu de la bonne probabilité de l'hypothèse retenue (faible étrangeté résultante).


En conséquence le GEIPAN classe en A : observation très probable d'un ou de plusieurs engin(s) agricole(s) effectuant des travaux de ramassage de betteraves sur un chemin d'exploitation situé dans l'axe d'observation.
Compte-rendu : compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages