Rechercher les cas d'OBSERVATION

MURE (LA) (38) 21.11.1978

Observé le : 18-11-1978
Région : Rhône-Alpes
Département : Isère
Classe : B
Résumé : MURE (LA) (38) 21.11.1978. Observations par deux témoins indépendants des évolutions rapides d'un phénomène lumineux de couleur en direction du Mont Cimon : observations probables d'un P.L.O.T (Phénomène Lumineux Orageux Transitoire).
Description : Le GEIPAN continue à publier l'ensemble de ses archives sur son site public www.geipan.fr. Dans ses publications, figurent des cas anciens classés à l'époque (A, B, C ou D) et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen, dans le seul but d'être plus pertinent dans les conclusions. Grâce à de nouveaux moyens techniques (logiciels) et à l'expérience d'enquête acquise depuis toutes ces dernières années, ce réexamen aboutit quelquefois à de nouvelles remarques voire à un changement de classification.

Ce cas d'observation précédemment classé D et nommé LA MURE (38) 21.11.1978 fait partie d'un ensemble de cas réexaminés récemment (voir le compte-rendu d'enquête).

Le 21 novembre 1978, un témoin (T1) se rendant sur son lieu de travail constate depuis sa voiture la présence d'un PAN à mi-hauteur du mont Cimon. Le témoin suit les évolutions rapides avec des changements de trajectoires du PAN puis ce dernier contourne par la gauche le Mont Cimon et disparaît. L'observation a duré environ 3 minutes.

Lors de sa déposition en Gendarmerie ce témoin indique qu'une de ses voisines a vu un phénomène similaire en direction du mont Cimon, mais les 18 et 19 novembre 1978 vers 21h45.


Une hypothèse est compatible de la totalité des descriptions faites par les deux témoins indépendants.
Il s'agit d'un phénomène inconnu au moment de l'observation, dont la découverte est récente et dont l'étude s'est bien développée ces dernières années.

Ce phénomène, appelé par l'acronyme « P.L.O.T. » pour « Phénomène Lumineux Orageux Transitoire », se manifeste par temps anticyclonique et/ou en présence d'installations électriques (deux points conformes à l'environnement de l'observation) à même de générer des boucles électromagnétiques, favorisant l'émergence de ces phénomènes lumineux.


Le GEIPAN dispose, au sein de ses partenaires, un expert du Laboratoire de Recherche sur la Foudre, qui a pu être consulté pour ce cas. Les P.L.O.T. sont des phénomènes rares mais suffisamment fréquents pour pouvoir être caractérisés par ce laboratoire (collecte de témoignages, observation sur terrain).


L'apparence du PAN, telle que décrite par les témoins (sphère entourée d'un halo), se retrouve dans un grand nombre d'observations de P.L.O.T. Ce phénomène peut être visible pendant plusieurs minutes et peut rester statique, conformément à la description du PAN faite par les témoins. Sa répétition sur plusieurs jours est possible et a déjà été observée, les conditions prévalant à sa formation pouvant n'avoir que très peu varié sur la période de temps considérée. La présence d'une forêt à flanc de colline, dans la zone d'observation avec la présence de flux électriques au-dessus des arbres, favorise le déplacement rapide du P.L.O.T., conforme à ce que les témoins ont rapporté.


Il n'est pas possible de vérifier la présence de certaines conditions météorologiques locales pouvant favoriser le phénomène et sa reproduction sur plusieurs jours, quand bien même l'existence de telles conditions est fortement plausible. Mais, cela n'est pas en mesure d'invalider l'hypothèse compte tenu de la totale conformité du phénomène avec ce qui est décrit.


Le témoignage est d'une grande consistance avec deux témoins indépendants et de forts recoupements.


En conséquence le GEIPAN classe le cas en « B » : observation probable d'un Phénomène Lumineux Orageux Transitoire (« P.L.O.T. »).
Compte-rendu : compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages